La France cloue le Flyboard Air au sol, son inventeur veut quitter le pays

La semaine dernière alors que Franky Zapata venait de terminer une démonstration de son Flyboard Air au-dessus du canal de Caronte dans les Bouches-du-Rhône, ce dernier a eu une convocation qui ne présageait rien de bon, puisque la gendarmerie de l'Air voulait le rencontrer.

Les autorités françaises interdisent à Franky Zapata de revoler avec son Flyboard Air

Les militaires lui ont indiqué qu'après plusieurs vols de démonstration, les choses ne se passeraient plus de la même façon à l'avenir et qu'il avait ordre de ne plus faire décoller son Flyboard Air à partir de maintenant. Les autorités françaises interdisent à Franky Zapata de revoler avec son Flyboard Air Les autorités lui ont fait un rappel à la loi et ont précisé que si ce dernier survolait à nouveau l'espace aérien sur son engin, que cela soit dans un espace public ou privé, la justice se chargerait de son cas et que l'histoire se terminerait en prison.

Plutôt déconcertant, lorsque l'on vient d'inventer un produit unique au monde, qui a déjà été construit à 10.000 exemplaires et qui connait un succès mondial, partout où il passe... Pourtant, la France a été très claire avec Franky Zapata, au prochain décollage du Flyboard Air, c'est la case prison qui attend l'inventeur.

Dégoûté, Franky Zapata pense quitter le pays

Ce dernier a poussé un coup de gueule sur Facebook, en exprimant son dégoût de la situation, il évoque que le seul avenir autorisé pour son skateboard volant équipé de réacteurs, c'est : « en cage dans une zone semi-militaire où bien sûr plus personne ne pourrait venir me voir ou me filmer ».

Il a expliqué : « Je suis vraiment triste, j'aime mon pays, je suis français dans mon cœur dans ma culture et dans mon âme », mais il envisage déjà de quitter le pays. Franky Zapata a déploré : une « nausée du potentiel perdu pour son pays ». Cette histoire semble se profiler comme un grand gâchis à la française, qui sera immédiatement repris par une société étrangère, car les débouchés sont évidents pour le FlyBoard Air, il est possible de proposer des loisirs, de mettre au point des disciplines sportives de sports extrêmes, il peut servir chez certaines sociétés ayant besoin de réaliser des opérations en hauteur (réparation, maintenance, surveillance, livraison, etc)

Et vous, que pensez-vous de cette décision ?



.

Vos réactions
Réagissez !
Voir aussi :
La France tente de résister dans la compétion des superordinateurs

Supercalculateur : tous les pays se livrent une guerre sans merci, et la France dans tout cela ?

Le sujet des superordinateurs ou supercalculateurs revient sur le devant de la scène depuis que le Japon en perte de vitesse ces derniers mois s'est donné comme objectif de prendre la place du numéro...
Le casque HoloLens arrive en France, mais il faudra casser sa tirelire

Le casque HoloLens arrive en France et cela va faire mal... à votre portefeuille

Microsoft vient d'annoncer que le casque de réalité augmentée HoloLens était disponible en France en précommande. En revanche, accrochez-vous bien avant de continuer à lire cet article, car si vous...
  1. grejo en tant qu'invité
    le 19 mars 2017 à 20h43

    vraiment, quel gâchis!

    répondre
  2. Krris en tant qu'invité
    le 16 mars 2017 à 11h31

    Ça n'a rien de surprenant, il y a des règles strictes pour faire voler un engin. Même pour un simple drone, un professionnel doit systématiquement demander une autorisation à la DGAC, en indiquant la zone d'évolution, la mission effectuée, etc... il doit respecter les limites d'altitude, les zones peuplées, etc...
    D'autant que Marseille est une région particulièrement sensible, avec des aéroports, de grandes agglomérations, des militaires pas loin... Donc si Zapata veut y voler, il est obligé de respecter les règles de circulation aérienne, comme tout pilote d'aéronef, que ce soit un avion, un ULM, un drone ou n'importe quoi qui vole.
    Si ces règles lui semblent trop strictes, il faut qu'il aille au fin fond de l'Auvergne, où il trouvera certainement des zones propices à ses essais.

    répondre
Laissez un commentaire