Les anciens dirigeants de Facebook ne veulent pas de "cette merde" pour leurs enfants

Chamath Palihapitya, un ancien cadre de chez Facebook a été très critique envers son ancien employeur, lors d'un débat à la Stanford Graduate School of Business.

Facebook: une merde qui déchire le tissu social ? Ce dernier a expliqué «Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social» et il regrette énormément avoir contribué à la création de ce «monstre».

« Dieu seul sait ce qu'ils font aux cerveaux de nos enfants »

Il explique que les boutons «J'aime», mais aussi les cœurs, les commentaires, les recommandations personnalisées, chaque fonctionnalité du réseau social sont étudiées pour générer «des boucles fonctionnant sur la dopamine». L'internaute éprouve donc une irresistible envie d'être en permanence connecté. D'après lui, le réseau social « sape les fondamentaux des interactions entre les gens».

Chamath Palihapitya n'est pas l'unique cadre ou ingénieur qui critique Facebook et ces attaques n'ont rien à voir avec des vengeances d'employés licenciés ou insatisfaits, mais de personnes regrettant profondément avoir cru offrir un outil de communication et de divertissement, avant de se rendre compte, qu'il avait créer une machine à espionner la vie privée, dont l'unique objetif est de générer des revenus publicitaires. Ils regrettent aussi d'avoir créé un outil idéal pour la manipulation de masse, comme les fake news ont pu le démontrer durant la présidentielle américaine.

Facebook s'est defendu des propos de Chamath Palihapitya et a indiqué: «À l'époque, Facebook était une entreprise bien différente. En grandissant, nous avons réalisé que nos responsabilités avaient elles aussi gagné en importance. Nous prenons notre rôle très au sérieux et travaillons dur pour nous améliorer». Arguant que l'ancien responsable de l'audience du réseau social avait quitté l'entreprise, il y a déjà six ans...

Chamath Palihapitya n'a pas maché ses mots puisqu'il a expliqué aux internautes: « Vous ne le réalisez peut-être pas, mais vous êtes programmés», ajoutant qu'il utilise lui même au minimum « cette merde » et qu'il ne la recommande pas à ses enfants, évoquant un piratage mental et craignant « Dieu seul sait ce qu'ils font aux cerveaux de nos enfants » dorénavant pour manipuler nos choix, nos achats, nos opinions...

Il y a peu, l'inventeur du bouton "j'aime" avait eu le même type de propos à l'encontre de Facebook.

.

Réagissez !
Voir aussi :
Des anciens de chez Google et Facebook dénoncent les dangers d'internet

Des anciens ingénieurs de chez Facebook ou Google dénoncent les dangers d'internet

L'information n‘a pas connu un grand retour médiatique pourtant elle semble assez inquiétante, car des anciens ingénieurs de chez Facebook ou de chez Google ont commencé à mettre en garde les...
Free souhaite récupérer ses anciens clients

Free propose une promotion pour ses anciens clients

Vous êtes partis de chez Free ? L'opérateur veut tout faire pour vous récupérer. L'entreprise vient en effet de faire un geste en direction de ses anciens clients, afin de leur donner envie de revenir...
Soyez le premier à réagir !