Wikipédia : pressions et menaces de la DCRI pour supprimer une page

Les antennes hertziennes sont partout dans le paysage, il y en a pourtant une qui fait beaucoup parler d'elle depuis quelques heures.

wikipedia antenne hertzienne Une page Wikipédia a été créée sur l'antenne hertzienne militaire de Pierre sur Haute et peu après sa parution, la DCRI a demandé sa suppression. Voyant que la fondation Wikipédia ne s'exécutait pas, elle a convoqué l'auteur bénévole de l'article et l'a menacé.

La page Wikipédia supprimée sous la menace, avant d'être republiée

La DCRI (la Direction Centrale du Renseignement Intérieur) cherchait la discrétion au sujet d'une antenne hertzienne de l'armée à Pierre sur Haute, c'est précisément l'inverse qui s'est passé en quelques jours. C'est un principe bien connu de l'effet Streisand, à vouloir dissimuler une information, celle-ci suscite subitement l'intérêt de tout le monde et la propagation de cette info devient totalement hors de contrôle.

C'est ce qui s'est passé, quand la DCRI a demandé à son auteur de supprimer une page, sous la menace de comparaitre devant la justice pour révélation de secret d'état. L'article a brièvement disparu de Wikipédia lorsque ce dernier s'est exécuté, mais un autre membre de la communauté l'a republiée en ligne et elle fût rapidement traduite dans d'autres langues. L'information a voyagé sur les réseaux sociaux et ce qui était censé être un secret à cacher, est devenu l'événement de la journée. A la mi-journée, la page sur l'antenne de Pierre sur Haute était l'une des pages les plus visitées sur Wikipédia !

Des informations contrevenants au droit pénal et au secret défense

La Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) avait d'abord contacté un responsable bénévole administrant des pages sur Wikipédia, Remi Mathis, pour lui demander de supprimer l'article concernant l'antenne hertzienne. Au vue de son refus, il a été convoqué dans les locaux où on l'a menacé de le présenter devant la justice conformément à l'article l'article 413-10 du code pénal.

Toute la communauté a profondément regretté les méthodes d'un autre temps de la DCRI : «Nous nous attristons et sommes déçus de découvrir que la DCRI pense que la tactique qu'ils emploient au nom de la sécurité nationale peut être acceptable d'un point de vue juridique ou moral.» De plus, après vérification la totalité des informations avaient été rendues publiques dans une vidéo de l'armée, postée sur le Web où l'on pouvait écouter le Major Jeansac, chef de la station militaire de Pierre sur Haute, parler de cette installation militaire.
.

Réagissez !
Soyez le premier à réagir !