Nos webcams espionnées par un groupe russe

Une enquête récemment menée par des spécialistes du numérique, démontre le manque de prudence des usagers et met en lumière l'espionnage « légal » pratiqué par un site russe : Insecam.

Espionnage des caméras effectué par le site russe Insecam

Espionnage des caméras effectué par le site russe Insecam

Comme vient de le confirmer une équipe d'experts en technologies numériques, de nombreuses webcams appartenant à des particuliers font l'objet d'un espionnage permanent. Peut on parler de piratage ? Pas réellement, dans la mesure où la chose est rendue possible par manque de méfiance des usagers, les faits concernant des images négligemment rendues publiques.

La chose concernant également aussi bien des lieux publics que privés, les autorités prennent les choses au sérieux, et la diffusion d'images issues d'un gymnase avait provoqué l'ouverture d'une enquête : « Nous avons d'abord comparé les images avec les photos de nos 72 collèges, déclarait Dominique Reynaud, directeur des constructions, de l'immobilier et du patrimoine au sein du CD06. Lorsqu'il pouvait y avoir un doute, nous avons contacté les chefs d'établissements. Nous avons également demandé à nos services informatiques de travailler sur le sujet. S'il y avait une faille dans notre système, il fallait l'identifier et y remédier. On s'est rendu compte que ces images étaient captées par une caméra IP connectée à une box Orange. Or le conseil départemental n'utilise pas ce genre de matériel ».

Un espionnage déstabilisant, mais légal

En pratique, le contenu exploité par les sites tels que Insecam est déjà disponible, puisque non-protégé à la source. De ce fait, on ne peut pas parler de piratage, les images diffusées étant sciemment laissées en accès libre sur le web.

D'un point de vue pénal, rien de répréhensible donc, le référencement étant une pratique courante, et officiellement légal.

Toujours est il que cet espionnage existe bel et bien, et est exercé en toute impunité depuis 2014 par le site russe Insecam, qui à l'échelle mondiale détecte toutes les caméras non-sécurisées présentes sur le réseaux internet. Ce sont donc quelques 70 000 caméras dans le monde, dont environ 1500 sur le territoire français, qui alimentent quotidiennement le site russe Insecam.

.

Réagissez !
Soyez le premier à réagir !