Accueil » Actualités » Des smartphones qui espionnent en réalisant des captures d’écran

Des smartphones qui espionnent en réalisant des captures d’écran

Par Ruby Charpentier

Des experts en sécurité ont été amenés à vérifier si nos smartphones Android et ses applications nous espionnaient. Et ce qu’il ressort, c’est que des captures d’écran sont effectuées sans que l’usager en soit averti. Explications.

Des applications Android qui nous espionnent ?

A l’heure du scandale Cambridge Analytica, on se demande réellement de quoi sont capables les GAFA. Les PC, les smartphones nous espionnent-ils via un microphone ? Une étude scientifique menée par un groupe de chercheurs de Northeastern University et UC Santa Barbara en dit plus là-dessus.

 

Et ce qu’ils constatent, c’est que de nombreuses applications Android embarquent aussi bien des mouchards publicitaires que des dispositifs analysant le moindre de vos clics. De même, cela leur permet d’en savoir plus sur les fonctionnalités que vous préférez. Cela n’est pas nouveau. Ce qui l’est, en revanche, c’est que certaines applications vont plus loin.

 

En effet, ces dernières tracent l’internaute par l’intermédiaire de captures d’écran, qui pourront ensuite être potentiellement exploitées par des tiers, à qui cela peut être transmis. Ainsi, si les applications n’abusent pas de leurs droits d’accès au microphone et au module caméra, certaines font des transferts curieux d’images et de vidéos.

Des captures d’écran à l’insu de l’usager

Parmi les applications peu scrupuleuses, on retrouve GoPuff, qui offre des services de livraison. Cette appli enregistre souvent l’écran, pour ensuite le faire parvenir à un prestataire d’analyse d’applications mobiles dénommé AppSee. Ce qui est le plus gênant, c’est que certaines données personnelles de l’usager sont envoyées, comme son code postal.

 

Que ce soit GoPuff ou AppSee, aucun n’est à l’aise sur la question, d’autant plus que les utilisateurs ne sont pas au courant de cette pratique et ne peuvent donc pas s’en prémunir. L’autre application qui possède un comportement douteux est le logiciel SAHIC, dédié au secteur de la conférence professionnelle.

 

Celle-ci a pour habitude de faire parvenir des copies d’écran à un autre prestataire d’analyse, à savoir TestFairy. Et certaines données personnelles sont transmises, comme les contacts de l’utilisateur et les messages que ce dernier envoie à partir de l’application. Il y a donc encore beaucoup de travail en matière de protection des données personnelles.

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Plus dans Actualités
Pour ses 5 ans, Qwant s’offre un siège à Paris et l’interface d’une version 4

Fort de ses 70 millions de visiteurs mensuels, Qwant prépare et dévoile l'interface de sa version 4 et installe un…

Fermer