Accueil » Actualités » Quand Facebook est qualifié de Gangster numérique par le parlement britannique

Quand Facebook est qualifié de Gangster numérique par le parlement britannique

Par Emmanuel

Le réseau social a largement entaché son image depuis quelques années, enchainant scandales sur scandales, concernant le non respect de la vie privée et sa légéreté au niveau des régles de confidentialité. Ce n’est donc pas un hasard si cette légereté finit par agacer, d’autant qu’une certaine mauvaise foi anime réguliérement Facebook, lorsqu’il est pris la main dans le sac…

Facebook une nouvelle fois au milieu de la tourmente

Le parlement britannique a publié un rapport parlementaire demandant une réglementation spécifique pour Facebook, le qualifiant même de « Gangster Numérique ». Un mot qui n’est pas tendre, mais qui s’explique par le fait que le réseau social joue sur les vides juridiques en permanence, en faisant mine de s’excuser quand des comportements à la limite de la loi sont mis à jour.
Le rapport parlementaire qui a été effectué dans le cadre du comité du numérique, de la culture, des médias et des sports a été rendu public ce 18 février et affirme : « Des entreprises comme Facebook ne devraient pas être autorisées à se comporter comme des gangsters numériques dans le monde en ligne, car elles se considèrent elles-mêmes en avance sur la loi ».

Les parlemantaires accusent Facebook de cibler les citoyens avec de la désinformation et de la « personnalisation de publicités sombres de sources non identifiables ». on se souvient du scandale de l’affaire Cambridge analytica, qui avaient mis en avant les pratiques plus que douteuses du réseau social.

Le droit dans le domaine de la confidentialité des données n’est pas vraiment une priorité et à juste titre puisqu’il s’agit du business modèle de l’entreprise. Les parlementaires l’accusent de ne pas lutter de façon adaptée contre la désinfornation et le rapport souligne également : « Facebook a souvent délibérément cherché à entraver notre travail en donnant des réponses incomplètes, peu sincères et trompeuses à nos questions ».

Le rapport préconise de mettre Facebook sous la responsabilité d’un régulateur indépendant ayant des pouvoirs coercitifs et de pouvoir lancer des poursuites judiciaires en cas de manquement aux lois européenes et locales.

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Plus dans Actualités
A quoi faut-il s’attendre comme nouveautés au MWC 2019 ?

Face à un marché des smartphones un peu moribond, le Mobile World Congress (MWC) représente une bouffée d'oxygène pour les…

Fermer