Accueil » Actualités » Les résidents de Second Life sont en révolte et le font savoir !

Les résidents de Second Life sont en révolte et le font savoir !

Par Merlin Tilling

Aujourd’hui, rassemblés sous différentes organisations de tout pays (France, Espagne, Allemagne, Angleterre, japon, Etais unis…) et une coordination +SOS+, les habitants de Second Life ont lancé des actions.
En effet, des manifestations ont été organisées sur les terrains officiels de « Linden Lab. » 24 heures sur 24, depuis l’annonce de cette augmentation pour aboutir à une journée de boycott (non connexion au jeu) suivie dans l’ensemble, avec fermeture de nombreux « sims » pour ces 24 heures.

Les fondateurs de Second Life n‘étant pas revenus sur leur décision, d’autres actions sont en cours d’élaboration. Les propositions de Linden Lab. restent inacceptables au point que les résidents s’organisent pour déposer plainte contre eux.

Cette action pourrait notamment revêtir la forme d’une classe action auprès des tribunaux californiens.

C’est la première fois qu’un tel événement secoue le monde des jeux en ligne !

La crise financière mondiale touche tous les pans de la société, même les plus insoupçonnables. L’univers des plateformes virtuelles aussi subit la crise de l’économie virtuelle. Et La société Linden Lab. n’y échappe pas. Les raisons invoquées sont toutes aussi plausibles qu’hypothétiques. A société virtuelle, dirigeants flous et brouillard savamment entretenu sur leurs objectifs et leurs intentions. Le 28 octobre dernier, Linden Lab., la société qui exploite Seconde Life, a décidé d’augmenter les prix de 66% des « Openspaces », ou « Low Prims ». Cette décision  a provoqué un véritable tolet bien réel dans ce monde virtuel.

Ses « openspaces » ont représenté une possibilité et une opportunité incroyable pour bon nombre d’acteurs de réaliser pour certains des projets, pour d’autres des opérations financières. Et ce qui devait au départ ne servir que de décors pour agrémenter le jeu est devenu aussi primordial que le reste des régions. Plaçant la société face a un manque à gagner. Le plus surprenant étant les arguments avancés. S’ils reconnaissent la logique de ce transfert d’objectifs, ils justifient leur décision par le fait qu’il est nécessaire de rééquilibrer la charge qui en a résulté. Il n’est pas à exclure que Linden Lab. tente de récupérer les serveurs qui gèrent ces « openspaces » pour ses projets futurs, ce qui lui éviterait un réinvestissement difficile en ces temps de crises. Car parallèlement au développement engendré par les joueurs, la société déploie ses propres régions qui subissent dès lors un engouement moindre.

Le parallèle entre un nombre croissant de petits entrepreneurs, de personnes arrondissant leurs fins de mois, dans la vie réelle et que la crise actuelle va laisser sur le carreau et ce qui se passe sur Second Life n’est pas dénué de sens.

Enfin, il s’agit également de défendre un des derniers espaces de liberté car si bien sur on trouve une part non négligeable d’actions commerciales sur SL, il ne faut pas oublier le nombre croissant d’artistes qui ont pu se faire connaitre grâce au monde virtuel, ou les actions menées par les associations comme Union Island (l’île syndicale),

Depuis, et grâce a la motivation de différents mouvements contestataires, Linden Lab a infléchi sa position, acceptant des aménagements : soit de changer gratuitement de statut ces différentes régions  (mais le prix passerait alors à 300 Dollars mensuel, au lieu des 75 actuel)

OU de conserver les « Openspace » rebaptisées « Homesteads » (Propriétés) pour un tarif de 95 USD par mois pendant 6 mois et ensuite 125 USD…

Ou d’accepter d’utiliser ces « openspace » pour 75 usd mais a condition d’en faire des plan d’eau ou des forets…

Devant de telles décisions, de nombreux résidents on réagis en clôturant leur compte sur « Second Life » pour d’autres univers « Opensources ».

D’autres vont devoir rendre leur « Openspace » achetée 250 USD (ce sans remboursement), car en effet nombreux sont les petits propriétaires n’ayant achetés qu’une seule « sim » pour y élire leur domicile virtuel …

Mais  grand nombre de propriétaires se regroupe afin de continuer la lutte, en l’occurrence une résistance nationale (linguistiques) organisée et se coordonnant au seins d’un mouvement international +SOS+.

Merlin Tilling

Membre de la Fédération Of Estastes Owner (in Game)

"L'univers

Différents liens vous permettant de comprendre la situation:

  • http://foo.secondlifeherald.com/slh/2008/10/save-our-open-s.html
  • http://foo.secondlifeherald.com/slh/2008/10/vryl-valkyrie-n.html
  • http://www.sluniverse.com/php/vb/business-land-economy/8523-new-second-life-sims-past.html
  • Wikipedia)

    Les Fondateurs

    La société américaine Linden Lab. fut fondée en 1999 par Philip Rosedale (l’un des pionniers des médias diffusés en streaming, comme RealVideo) pour assurer le développement de Second Life, une « nouvelle forme d’expérience ludique en trois dimensions ».

    Avec la société virtuelle Second Life, Linden Lab. est l’un des rares éditeurs de MMOG a reconnaitre un véritable droit de propriété aux « joueurs » créant du contenu, enrichissant l’univers de jeu.

    Basée à San Francisco, Linden Lab. emploie une équipe de programmeurs vétérans dans des domaines variés (physiques, graphisme 3D, réseaux). Les membres de l’équipe sont issus de diverses sociétés comme Electronic Arts, Maxis, Disney, THQ, Acclaim, Hasbro, Mattel ou RealNetworks.

    Le Fonctionnement

    Second Life fonctionne d’abord grâce à des « régions » appelées SIM. Sorte d’espace informatique.

    • Un SIM est un Simulateur. Processus permettant de reconstituer l’environnement d’une région et ses interactions avec les objets et avatars.
    • Le nombre d’objets  ou  » PRIM » supporté par une région est variable
    • Un SIM gère une région « Full Prim »   » soit 15000 prims » ou 4 régions « Low Prim » » soit 3751 Prims » Il y a 4 simulateurs par serveur, un par cœur de processeur.
    • Les « Low Prim » appelés aussi OPENSPACE sont aujourd’hui au cœur d’une bataille qui oppose Linden Lab. A ses résidents.

    Linden Lab. vend donc des espaces sur Second life à des abonnées (compte premium) de la part desquels il perçoit un loyer mensuel (Tiers en français « fees » en anglais) pour les frais de maintenance informatique, la gestion du jeu, ses investissements (R&D) et bien sûr sa marge.

    Les chiffres en Jeu

    13000 « sims » « openspaces » à 75$US/mois = 975000 $US

    14000 sims full à 299$US/mois = 4 186 000 $US

    5000 sims Mainland avec une moyenne de loyer de 299$US/mois = 1 500 000

    90000 abonnements Premium à 8$/mois de moyenne = 720 000 $US

    Ces chiffres ne prennent pas en compte les commissions que perçoit Linden Lab. Sur les achats et la revente de la monnaie SL (Linden Dollar). Et un certain nombre de  partenariat que la société a mis en place avec IBM, Cisco…

    En mai 2008 Philip Rosedale, alors président de Second Life (il quittera la présidence quelque semaines plus tard) déclarait au journal CHALLENGES :

    « Je peux vous dire qu’il s’échange environ un million de dollars réels par mois en transactions au sein du jeu. » !… 

    « Notre chiffre d’affaires est supérieur à 20 millions de dollars!… »

    Source : challenges.fr

1 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Merlin Tilling

cet article a été corriger par notre fédération …
nous vous tiendront au courant de l’évolution; Merci

1
0
Nous serions ravis d'avoir votre avis, laissez un commentaire !x
()
x
More in Actualités
Le plein de corrections pour l’outil de visualisation d’images XnView

Parmi les nombreuses visionneuses gratuites sur PC, XnView sort du lot grâce aux nombreux formats d'images reconnus ainsi qu'aux options…

Close