Accueil » Actualités » La réponse très attendue de Google à l’ultimatum de l’Europe

La réponse très attendue de Google à l’ultimatum de l’Europe

Par Emmanuel

La commission européenne avait laissé jusqu’à hier 2 juin 2012 dans son ultimatum contre Google, pour répondre à plusieurs points concernant des pratiques antitrust qui nuiraient à la concurrence sur internet et favoriseraient tous les services du géant américain et les publicités de ses partenaires. Des pratiques inacceptables aux yeux de l’Europe
Le commissaire européen en charge de la concurrence Joaquin Almunia, a donc reçu hier un courrier de la part d’Eric Schmidt président de Google, exposant concrètement le point de vue de son entreprise sur les points qui ont été soulevés et sur d’éventuelles voies de travail sur lesquelles il serait possible de réfléchir. Le PDG a ensuite déclaré via son service de communication : « Nous avons répondu aux quatre sujets décrits par la Commission européenne comme sujets potentiels de préoccupation ».

Depuis plusieurs mois, Google était dans le collimateur de la commission Européenne suite à plusieurs plaintes d’entreprises ayant démontrées que le géant américain utilisait non seulement des pratiques anti-concurrentielles, mais qu’en plus il favorisait les publicités de tous ses partenaires et surtout ses propres services ou applications.

Joaquin Almunia le commissaire européen à la concurrence attendait de vraies réponses sur trois sujets principaux, à savoir : le traitement préférentiel de tous les services de Google dans le moteur de recherche, le copiage systématique de toutes les données des moteurs de recherche concurrents, les clauses d’exclusivités imposées par Google pour favoriser ses partenaires dans le domaine de la publicité, etc. La commission n’a pas révélé le contenu de cette lettre, mais est déjà en train d’examiner les solutions ou réponses apportées par Google.

Google joue très gros dans cette affaire sur fond d’antitrust, puisque si la commission européenne jugeait que ce courrier ne répondait pas du tout à ses attentes dans les domaines de la concurrence et de la publicité, Google pourrait devoir verser jusqu’à 10% de son chiffre d’affaire en préjudice pour la période concernée, à l’issue d’un procès pharaonique.

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Plus dans Actualités
SFR fait enfin entrer la 4G et la 3G dans le métro

SFR devance le test de la RATP pour évaluer la viabilité de l'internet illimité via le wifi dans le métro…

Fermer