Accueil » Dossiers » Jeux vidéo » Test Horizon Forbidden West sur PS5

Test Horizon Forbidden West sur PS5

Par Yann
Test Horizon Forbidden West PS5

La suite tant attendue d’Horizon Zero Dawn sort le 18 février 2022. Son nom ? Horizon Forbidden West. Ce jeu vidéo d’action-RPG développé par le talentueux studio néerlandais Guerrilla Games et publié par Sony Interactive Entertainment, est disponible sur PS4 et PS5. Nous vous livrons notre test sur PlayStation 5.

Précédemment dans Horizon…

Si vous êtes passé à côté de l’opus précédent, voici une rapide session de rattrapage (sans spoilers). Notre héroïne Aloy est une chasseresse partie en quête de son identité dans un monde futuriste post-apocalyptique. Les jours glorieux de l’humanité sont loin derrière puisque les humains ont perdu depuis longtemps la maîtrise de la technologie. Ce monde ouvert est depuis envahi par des créatures robotiques aux allures de dinosaures. Le joueur incarne Aloy, une femme forte qui part en quête de son identité.

Aloy est une orpheline élevée par Rost, un homme méprisé au grand cœur. Ses origines lui sont inconnues, mais semblent cacher un grand secret. Rapidement bannie de sa tribu des Nora qui la considère comme un paria, elle va tenter de découvrir le mystère de ses origines. Mais dans ces contrées dénudées de technologie numérique, Aloy pourra néanmoins compter sur un Focus, une sorte d’oreillette holographique. Ce rare vestige d’une technologie passée lui permet de scanner et analyser son environnement avec précision. C’est également un moyen de contrôler les différents systèmes des machines antiques de l’Âge de métal. Sans dévoiler l’intrigue du premier épisode (il sera toujours temps d’y jouer !), le joueur va découvrir un monde ouvert où la nature a repris ses droits et où cohabitent des animaux constitués de chair et de sang et des animaux synthétiques et robotiques. Ce savant mélange avait clairement été une réussite dans le premier épisode d’Horizon. Forbidden West reprend six mois là où le jeu s’était arrêté.

Focus Aloy

Aloy et son Focus : encore mieux qu’une oreillette Bluetooth

Une nouvelle aventure à la frontière de l’ouest prohibé

Depuis son premier périple, la belle Aloy constate avec désarroi que son monde dépérit. Une mystérieuse dégradation de la biosphère envahit peu à peu la faune et la flore. Notre héroïne va tenter coûte que coûte d’arrêter cette corruption rouge qui se répand sur sa contrée. Cela va l’emmener vers la mystérieuse et dangereuse frontière de l’ouest prohibé. Elle devra trouver la cause de ce mal qui menace la terre d’une nouvelle extinction. Ce voyage sera la première partie de votre exploration d’un nouveau et vaste Open-World.

Dégradation de la biosphère

La dégradation de la biosphère : le nouveau mal qui va causer l’extinction

Ainsi démarre cette nouvelle aventure. Tout comme le premier opus, vous incarnez la fière chasseresse. Vous serez accompagné d’anciens compagnons d’aventure pour mener à bien votre difficile mission : restaurer l’ordre et l’équilibre dans le monde. Rien que ça.

Difficile d’aller plus loin dans le pitch sans vous gâcher la découverte de l’histoire, des évènements et des rencontres que fera Aloy. Sachez tout de même que les PNJ auront une place de choix et marqueront l’histoire.

Aloy et PNJ

Aloy et un vieux compagnon de voyage

Forbidden West : une belle claque visuelle

Comme nous nous y attendions, HFW est époustouflant graphiquement. Guerrilla Games avait déjà réalisé un magnifique travail en 2017, lors du premier opus. Sur PS5, le studio s’est une fois encore surpassé. Comme bien souvent depuis la sortie de la PlayStation 5, vous devrez choisir entre jouer en haute résolution ou haute performance dans les options graphiques du jeu. Le premier choix permettra de bénéficier de graphismes de haute qualité quand le second choix offrira un meilleur taux d’images par seconde. Mais même dans le second cas, les graphismes vous décrocheront la rétine.

La nature de Horizon Forbidden West

Des éclairages parfaitement maîtrisés

Les couleurs (surtout avec une TV HDR), les éclairages, les modélisations des visages, les plans des cinématiques… tout est somptueux ! Dès les premières minutes du jeu, on se retrouve la langue pendante devant tant de beauté. La végétation de ce monde magnifique en proie à un mal viscéral prend aux tripes. Les herbes qui vacillent au grès du vent, la végétation luxuriante, les panoramas dignes d’un reportage de National Geographic sont somptueux. Je manque de superlatifs… La puissance de la PS5 est exploitée comme il se doit. Et même plus. Mention spéciale à la modélisation de l’eau, que l’on soit au-dessus pour admirer le paysage qui s’y reflète, ou en dessous, pour se mouvoir dans le monde du silence version post-apocalyptique.

Aloy qui nage dans l'eau

Aloy: une sirène version Laure Manaudou

De nouvelles mécaniques de jeu

Aloy, telle une Lara Croft dans Tomb Raider, peut maintenant se mouvoir de façon beaucoup plus agile. Elle peut s’accrocher et se balancer d’une plateforme à l’autre. Cette possibilité de s’agripper à certaines accroches (avec un grappin, ou simplement à la force de ses biceps) permet d’appréhender son environnement de manière différente. Le Focus sera d’ailleurs bien utile pour découvrir ces points d’ancrages.

Notre héroïne est également capable de se mouvoir sous l’eau ou dans les airs. À l’instar d’un Zelda Breath of the Wild, le joueur peut accéder à certains endroits à l’aide d’un planeur. Idéal pour survoler brièvement une zone de la map.

Côté combats, le corps à corps est plus rapide et mieux dynamisé. Si l’arc est bien entendu toujours disponible, la palette d’armes se voit étendue avec l’arrivée d’un lanceur de piques, des mines ou encore des bombes fumigènes. L’arbre de compétence se voit amélioré et propose également différentes approches dans les combats. Les styles de jeux de combat sont également décuplés.

Arc Aloy

L’arc : une arme basique mais toujours efficace !

Un mot également sur les créatures qui peuplent cette terre. Si on retrouve les monstres bioniques passés comme les Carapateurs ou les Veilleurs, le bestiaire s’agrandit, pour notre plus grand plaisir. Le Focus permet toujours de pirater, de prendre le contrôle, mais aussi de suivre certains monstres ennemis afin de traquer leurs réserves.

Parmi les petits nouveaux, on appréciera le Galop-Griffe. Ce bipède rapide et agressif ressemble à s’y méprendre à un droméosaure, avec des griffes sur chacun de ses membres. Chaque animal aura ses propres techniques de combat et son propre comportement.

Enfin, la manette DualSense est exploitée avec brio pour une immersion plus forte dans le jeu. Les gâchettes adaptatives sont pleinement exploitées pour ressentir l’aventure jusqu’au bout des doigts.

Combat Aloy et monstres

Un bestiaire toujours superbe, avec ses propres comportements

Vous aimerez aussi

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Nous serions ravis d'avoir votre avis, laissez un commentaire !x
()
x