Accueil » Actualités » Qui se dote de l’apocalypse numérique pour détruire le web ?

Qui se dote de l’apocalypse numérique pour détruire le web ?

Par Ruby Charpentier

Des attaques DDoS ou attaques par déni de service visant à tester la résistance des infrastructures du web sont de plus en plus fréquentes et cherchent la limite des verrous de sécurité de toutes les infrastructures supportant le web.

Un pays chercherait-il à détruire le web ou au moins à en être capable ?

Bruce Schneier, un spécialiste de la sécurité informatique a fait des révélations réellement inquiétantes en dévoilant que : « depuis un an ou deux, quelqu’un est en train de sonder les défenses des entreprises qui gèrent des parties essentielles d’Internet », précisant à ce sujet que « Ces sondes prennent la forme d’attaques précisément calibrées et conçues pour déterminer exactement à quel point ces entreprises sont capables de se défendre, et ce qu’il faut faire pour les faire tomber ».

Vous avez bien lu, quelqu’un ou un pays cherche à tester la limite de toutes les sécurités liées au fonctionnement du web, afin de pouvoir calibrer une attaque, visant à faire tomber l’ensemble du réseau internet.

Ce qui permet à Bruce Schneier d’évoquer la piste des « sondes » se situe au niveau de l’intensité et de la fréquence des attaques. Il affirme : « La première semaine, l’attaque débute à un certain niveau, puis gagne progressivement en intensité, avant de s’arrêter. La semaine suivante, elle redémarre à ce niveau plus élevé et continue. Et ainsi de suite […], comme si l’assaillant cherchait précisément le point faible ». Beaucoup d’acteurs de la cybersécurité envisagent la possibilité, qu’un pays soit en train de calibrer une attaque totale contre le web, dans afin de doter son arsenal de cette éventualité, en cas de conflit ou de cyberguerre future.

Qui se dote de l’apocalypse numérique ?

Le spécialiste précise que « la taille et l’échelle de ces sondes – et surtout leur persistance- pointent vers des acteurs étatiques », ajoutant : « On dirait que le cyber-commandement militaire d’un pays essaie de calibrer son arsenal en cas de cyberguerre ». Qui pourrait avoir intérêt à envisager la destruction du web comme une possibilité ? Tous les doigts pointent la Chine, qui est toujours restée renfermer sur elle-même sur cet aspect, mais les attaques DDoS sont faciles à masquer en utilisant un pays tiers, il pourrait tout aussi s’agir de l’Iran, la Corée du Nord ou un pays qui souhaite disposer d’un moyen de pression comme à l’époque de la guerre froide et des armes nucléaires.

Voilà une information qui fait froid dans le dos lorsque l’on mesure l’importance du web dans la société aujourd’hui.

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Plus dans Actualités
HTC Desire 10 pro et 10 lifestyle, deux nouveaux mobiles haut de gamme ?

Le constructeur taïwanais HTC vient de lever le voile non pas sur un, mais sur deux nouveaux smartphones, les Desire…

Fermer