Accueil » Actualités » La justice française ordonne à Twitter de dévoiler les identités des auteurs des tweets racistes

La justice française ordonne à Twitter de dévoiler les identités des auteurs des tweets racistes

Par Emmanuel

L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a assigné la réseau social Twitter en justice suite à la diffusion en octobre dernier de mots clés jugés discriminatoires. Et aujourd’hui, le tribunal de grande instance de Paris s’est rangé du côté de l’association et contraint ainsi Twitter à communiquer les données permettant d’identifier le ou les auteurs. Rappelons que le réseau social qui est utilisé par 5,5 millions de personnes avait aussitôt supprimé ces commentaires. Malheureusement, au début de cette année, des nouveaux tweets racistes ont fait leur apparition.
L’UEFD et plusieurs autres associations avaient donc révélé la publication sur le réseau social Tweeter de mots jugés racistes tels que #unbonjuif, ou bien #unjuifmort. Le réseau social avait fait preuve d’une grande réactivité en les supprimant très rapidement. Ce mois-ci, deux nouveaux mots «hashtag» et #siJetaisNazi sont apparus sur Tweeter. Les diverses associations avaient saisi la justice depuis plusieurs semaines afin de contraindre le réseau social de dévoiler l’identité des auteurs afin qu’ils soient poursuivis devant les tribunaux.

Le 8 janvier dernier, lors de l’audience de référé, Me Alexandra Neri, avocate de Tweeter avait indiqué que le réseau social ne pouvait pas fournir les identités sans le consentement de la justice américaine. Elle avait invoqué que ces informations étaient « collectées et conservées aux Etats-Unis ». Le siège social de Tweeter se situe au pays de l’oncle Sam. Stéphane Lilti, l’avocat de l’union des étudiants juifs de France estimait que le site « joue un jeu commercial en élevant un ensemble d’obstacles juridiques pour ne pas avoir à respecter ses obligations ».

Outre le fait de contraindre Tweeter à dévoiler les informations nécessaires à l’identification des auteurs, la justice française a également ordonné au réseau social d’aménager sa plate-forme afin de mettre en place un dispositif permettant de signaler des commentaires ou des messages « tombant sous le coup de l’apologie des crimes contre l’humanité et de l’incitation à la haine raciale ». De plus, le tribunal demande que ce dispositif soit « facilement accessible et visible. »

Il semble donc que l’union des étudiants juifs de France ait été entendue par la justice française.

2 Commentaires
0

Vous aimerez aussi

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Glups

Certes ces interventions sont regrettables. Mais ce n’est pas le plus grave. Le plus grave c’est que je deviens raciste aussi. C’est très grave ce que nous font nos gouvernants depuis 30 ans.

nul-x

COOL.. ça calmera peut être les cyber-lâches car j’ai plusieurs fois eu envie de gerber à lire certaines choses…genre les abrutis qui font l’apologie du nazisme et du FN… 😮

2
0
Nous serions ravis d'avoir votre avis, laissez un commentaire !x
()
x
More in Actualités
Les images des caméras privées de TRENDnet toujours diffusées sur internet

La faille de sécurité touchant les systèmes de vidéosurveillance équipés de caméras de la marque TRENDnet n'est toujours pas résolue.…

Close