Accueil » Actualités » Deep learning et réseaux neuronaux pour Google Translate

Deep learning et réseaux neuronaux pour Google Translate

Par Emmanuel

Google Translate est en passe de faire un nouveau pas de géant dans l’univers de la traduction. Pour ses 10 ans d’existence, la firme de Mountain View a décidé de doter son service de traduction d’une intelligence artificielle encore plus puissante et pertinente.

Google Translate intègre des réseaux neuronaux à son service de traduction

Google Translate va voir la qualité de ses traductions considérablement optimisée dans peu de temps, les résultats sont déjà meilleurs en raison d’une nouvelle approche de la traduction. Comme l’explique l’équipe du service, « Les progrès rapides dans l’intelligence des machines ont amélioré nos capacités de reconnaissance vocale et de reconnaissance d’image, mais l’amélioration de la traduction automatique reste un objectif difficile ».
Google a donc décidé d’intégrer les réseaux neuronaux au sein de Google Translate, afin que le service puisse apprendre via le Deep Learning, à prendre en compte d’autres paramètres que les simples dictionnaires. Les traductions ne seront plus aussi littérales, elles prendront en compte l’ensemble de la phrase et non plus uniquement les mots. De plus, l’outil sera capable de prendre en compte le contexte ou l’intonation pour ajuster sa traduction.

Vers la fin de la barrière de la langue ?

L’équipe reste prudente et indique : « GNMT peut encore faire des erreurs importantes qu’un humain ne ferait jamais, comme oublier des mots, traduire des noms propres, des termes rares ou encore traduire des phrases sans prendre en compte le contexte du paragraphe ou de la page ». Des propos qu’il faut mettre en parallèle avec l’augmentation du pourcentage de réduction des erreurs de traduction, qui dans certains couples de langues, ont atteint 85% ! Une impressionnante amélioration.

Pour le moment, seuls l’anglais et le chinois sont déjà disponibles sur Google translate avec cette technologie et les résultats sont étonnants. L’espagnol et le français sont déjà en cours mais pas disponibles sur le service et là encore, le taux d’erreur se rapproche de celui d’un humain…

Voilà une information qui rapproche un peu plus le moment où un service sera enfin capable de faire tomber la barrière de la langue, grâce à l’intelligence artificielle. Une plutôt bonne nouvelle, non ?

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Plus dans Actualités
iPhone 8 : acier inoxydable et double façade en verre au programme ?

A peine les iPhone 7 et iPhone 7 Plus lancés qu'on évoque déjà le futur de la gamme de smartphones…

Fermer