Accueil » Actualités » Le navigateur d’Apple contrôlera dorénavant certaines fonctionnalités de Facebook

Le navigateur d’Apple contrôlera dorénavant certaines fonctionnalités de Facebook

Par Ruby Charpentier

La protection de la vie privée de l’usager étant un argument fort suite au scandale Cambridge Analytica, Apple a décidé de réagir en dotant Safari de nouvelles fonctionnalités. La firme demandera à ses utilisateurs s’ils autorisent des traceurs comme le « j’aime » de Facebook à recueillir leurs données.

Apple met en valeur son respect de la vie privée, au détriment de Facebook

L’annonce, même si elle a été plutôt discrète, s’est faite au WWDC, la journée Apple dédiée aux développeurs. Le navigateur de la firme, Safari, sera doté de nouvelles fonctionnalités qui visent à mieux protéger les données personnelles de l’usager. Et surprise, Facebook est dans le viseur.

Craig Federighi, responsable en charge du développement logiciel chez Apple, a été particulièrement précis dans son attaque à l’encontre de Facebook : « Nous avons tous vu ces boutons « j’aime » et « partager », et ces espaces de commentaires. Eh bien, il se trouve qu’ils peuvent être utilisés pour vous pister, que vous cliquiez dessus ou non ».

Et de rajouter que « cette année, nous y mettons un terme ». Les internautes verront de ce fait une fenêtre apparaître, leur demandant s’ils autorisent le recueil des données. Cette offensive d’Apple s’inscrit dans une volonté de prendre ses distances avec les critiques faites généralement aux GAFA en matière de vie privée.

La contre-offensive de Facebook

Apple a notamment rappelé que sa stratégie ne s’appuie pas sur la vente de publicités ciblées. Facebook, en toute logique, n’a pas apprécié d’être mentionnée par Apple, le sujet étant particulièrement sensible depuis le scandale Cambridge Analytica.

Alex Stamos, responsable de la sécurité de Facebook, a ainsi réagi sur Twitter, lançant à son tour une pique à l’encontre d’Apple : « s’il s’agit de protéger la vie privée, et pas seulement de jouer les bienfaiteurs, alors ils devraient aussi bloquer tout le code javascript et les pixels de sites tiers ».

Mais Facebook n’est pas le seul à être dans le viseur d’Apple. La firme, souhaitant se démarquer de la concurrence, a ainsi indiqué qu’il serait aussi plus complexe pour les sites visités par les usagers de récupérer des informations à partir de l’appareil utilisé.

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Plus dans Actualités
Des vidéos pouvant atteindre une heure sur Instagram

Selon le Wall Street Journal, Instagram envisagerait d'intégrer des vidéos allant jusqu'à une heure. Initialement décrié sur grand écran, le…

Fermer