Accueil » Actualités » Nouvelles charges d’accusations contre Kim Dotcom le fondateur de MegaUpload

Nouvelles charges d’accusations contre Kim Dotcom le fondateur de MegaUpload

Par Emmanuel

Depuis la fermeture du célèbre site de téléchargement MegaUpload par le FBI le 19 janvier 2012, 5 chefs d’accusations pesaient sur les 7 dirigeants. Aujourd’hui, la justice américaine a amendé l’acte d’accusation qui visait Kim Schmitz et ses comparses. Ce sont désormais 13 nouvelles charges d’accusations qui sont susceptibles de leur être reprochés.

Ils sont poursuivis notamment pour violation de droits d’auteurs, fraude en ligne, blanchiment d’argent, encouragement à la piraterie massive, etc. Depuis la saisie des serveurs de MegaUpload, les autorités judicaires affirment que 900es internautes enregistrés sur le site l’utilisait pour télécharger. Il apparaît également que MegaUpload comptait 66,6 millions de membres et non pas 180 millions comme le revendiquait le site.

Kim Schmitz alias Kim Dotcom, le fondateur de MegaUpload, et ses co-accusés ont été arrêtés en Nouvelle Zélande. Depuis la justice américaine réclame leurs extraditions, s’ils sont reconnus coupables de tous les chefs d’accusations, ils risquent plus de 50 ans de prison. Ils seront fixés sur leurs sorts le 22 février.

La justice américaine a depuis eu accès à la correspondance des 5 accusés. Dans l’un de ces mails, le fondateur du site Kim Dotcom écrit à ses collaborateurs : « Soyez prudents. Plus nous devenons importants, plus les gens voudront en apprendre au sujet de Mega. Restons sous le radar« . Un employé de MegaUpload plaisante : « Nous avons un drôle de business… pirates des temps modernes 🙂« . Un autre lui répond : « Nous ne sommes pas des pirates, nous nous contentons de fournir un service de livraison aux pirates« . MegaUpload aurait permis de générer 175 millions de dollars de revenus depuis 2005.

Reste à savoir comment la justice américaine jugera cette affaire, devant tant de désinvolture et d’arrogance de la part des différents protagonistes, qui jusqu’à la fermeture ne prenaient même plus la peine de supprimer les contenus illégaux lorsque les ayants droits l’exigeaient.

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Nous serions ravis d'avoir votre avis, laissez un commentaire !x
()
x
More in Actualités
La CNIL s’attaque à Amazon… Apple, Google, Ebay et Facebook dans le collimateur

La commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) enquête actuellement sur le site marchand Amazon. En effet, cette dernière…

Close