Accueil » Actualités » Google submergé par les demandes de suppressions d’URL

Google submergé par les demandes de suppressions d’URL

Par Emmanuel

Comme chaque mois Google édite son rapport de transparence destiné à informer les utilisateurs, et comme chaque mois certains chiffres attirent l’attention plus que d’autres. Une de ces données montre que Google se retrouve chaque mois, un peu plus confronté à une montagne de requêtes pour supprimer des URL de son moteur de recherche.

Google : 21,5 millions de demandes de suppression d’URL en septembre

La firme de Mountain View est chaque mois un peu plus sollicitée par des auteurs de contenus pour supprimer des URL ne respectant pas leur droits d’auteur, ou amenant vers des contenus illicites. Pour le mois de septembre qui bat un nouveau record, c’est 21,5 millions d’URL qui ont été supprimées. Autre record, la dernière semaine de septembre est également la plus forte jamais enregistrée, avec 5,9 millions de demandes de suppressions d’URL.

Les plus gros demandeurs ou titulaires des droits sollicitant Google sont: la RIAA (Recording Industry Association of America), l’industrie de la pornographie, Froytal Service, la British Recorded Music Industry (l’industrie du disque), etc. D’après les chiffres du rapport de transparence de Google, on peut constater que Google répond favorablement dans la très large majorité des cas.

Google fait face à une véritable explosion des demandes, comme on peut le voir sur cette infographie et pourtant les groupes de pression anti-piratage et les différents acteurs de l’industrie du disque et de la vidéo estiment que cela n’est pas assez !

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Nous serions ravis d'avoir votre avis, laissez un commentaire !x
()
x
More in Actualités
Facebook concurrence Twitter et signe un partenariat avec TF1 et Canal+.

Suite à l'accord conclu entre Twitter et TFI, Facebook réagit en signant également un partenariat avec cette chaîne, mais aussi…

Close