Accueil » Actualités » Hackers : coup de filet chez les Anonymous

Hackers : coup de filet chez les Anonymous

Par Emmanuel

Dans le cadre d’une vaste opération de Police menée par Interpol, vingt-cinq hackers soupçonnés d’appartenir au groupe des Anonymous ont été arrêtés depuis le début du mois de février. Ces pirates sont âgés de 17 à 40 ans, mais ne se revendiquent pas comme tels, mais plutôt comme des défenseurs des libertés individuelles et collectives au profit de tous.
Quatre personnes ont été interpellées en Espagne.  Ces présumés hackers sont accusés d’avoir publié des données personnelles concernant des gardes du corps, travaillant pour le gouvernement espagnol. Ils sont également soupçonnés d’avoir attaqué des sites internet officiels, soit en les bloquant, soit en les modifiant.
L’un de ces hackers est soupçonné d’avoir été chargé d’administrer et de gérer l’infrastructure informatique utilisée par Anonymous en Espagne et en Amérique Latine, en utilisant des serveurs hébergés en République Tchèque et en Bulgarie.

Le ministre de l’intérieur espagnol a déclaré lors d’un communiqué : « Ces cyberattaques étaient parfois le fait d’actions individuelles, mais elles étaient toutes soutenues par de nombreuses personnes qui ont joint leurs connaissances pour les commettre. »

Durant cette opération, des matériels informatiques, des téléphones mobiles et des cartes de crédit ont été saisis. Cette opération nommée Unmask, fait suite à une série de cyberattaques lancées depuis l’Argentine, le Chili, la Colombie et l’Espagne contre le ministère Colombien de la Défense, ainsi que des sites web de la présidence.

L’Otan considère aujourd’hui l’organisation Anonymous comme une menace concernant les risques de piratage ou de blocage informatique qu’elle fait peser sur les systèmes informatiques. Le groupe Anonymous, lui se considère comme un défenseur des libertés sur internet.

Mais ces arrestations pourraient provoquer la colère des autres membres de cette organisation, et donc une riposte. Rappelons-nous que suite à la fermeture du site Megaupload, plusieurs sites internet avaient été bloqués par Anonymous, notamment celui du FBI. D’ailleurs peu après, les premières arrestations en Espagne, le site d’Interpol était inaccessible pendant quelques heures avant d’être à nouveau opérationnel.

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Nous serions ravis d'avoir votre avis, laissez un commentaire !x
()
x
Plus dans Actualités
L’Arcep dévoile ses résultats concernant la couverture de Free Mobile

Suite à plusieurs plaintes émanant des trois opérateurs historiques de la téléphonie mobile, l'autorité de régulation des communications électroniques  et…

Fermer