Accueil » Actualités » Le gouvernement veut interdire le signalement des contrôles de police dans les GPS

Le gouvernement veut interdire le signalement des contrôles de police dans les GPS

Par Ruby Charpentier

Le gouvernement souhaite refaire des forces de l’ordre un service « invisible », pouvant surprendre là où on ne l’attend pas justement. Depuis plusieurs années, des services permettant de localiser la présence de contrôles routiers sur des GPS comme Waze, Tom-Tom, Coyote, voire sur les réseaux sociaux comme Facebook, perturbent le travail de la gendarmerie et de la police.

Signaler la présence de policiers sera t-il une infraction à l’avenir ?

Le Ministère de l’Intérieur vient de notifier à la Commission européenne un projet de décret visant à interdire par quelque moyen électronique que ce soit, la géolocalisation de la présence de policiers et gendarmes. L’Etat veut s’attaquer à la « diffusion de message de nature à signaler la présence des forces de l’ordre dans des périmètres définis par ces autorités » et avance l’argument du terrorisme pour justifier ce choix.

Probablement pour deux raisons, la première, un terroriste peut circuler en évitant soigneusement tous les points de contrôles réduisant ses chances d’être repéré dans un contrôle de police route et dans un second temps, les policiers sont devenus les cibles des réseaux terroristes, alors géolocaliser des patrouilles est un risque de plus et inutile, qui peut reposer sur les forces de l’ordre.

Le Ministère de l’Intérieur explique que le travail des forces de l’ordre est perturbé pour différentes missions comme : « les contrôles sensibles, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ou la criminalité organisée, de la recherche de détenus évadés ou de personnes enlevées ».

L’Europe a donc trois mois pour valider ou non ce dispositif légal, dans le cas où les autorités européennes n’y verraient aucun inconvénient, signaler la présence d’un contrôle routier deviendrait une infraction de cinquième classe et coûterait 1500 euros d’amende. Des services comme Coyote, Waze, Tom-Tom et bien d’autres perdraient donc un de ses meilleurs arguments commerciaux et devraient se concentrer sur le signalement des zones « vraiment » dangereuses, plutôt que sur les fameuses « zones de danger » qui désignaient généralement les radars ou les contrôles routiers.

4 Commentaires
0

Vous aimerez aussi

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
EasySoftSystemjbchbyukatapahDMike92 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
DMike92
Invité
DMike92

Waze me permet de connaitre l’état de la circulation ainsi que la vitesse autorisée trop souvent mal/non signalée. La géolocalisation des forces de l’ordre ne m’intéresse pas dès lors que je connais la vitesse à laquelle je dois rouler et à laquelle je roule

yukatapah
Invité
yukatapah

je crois plutôt que c’est de la désinformation à l’approche du 2ème tour des élections présidentielles

jbchb
Invité
jbchb

A quoi sert ces Coyote et autres compte tenu que ceux-ci dépendent d’une communauté et, de fait, lorsque vous êtes en infraction routière concernant la vitesse si vous n’avez pas été signalé d’une présence des forces de l’ordre par un membre de la communauté en étant le 1er sur les lieux du contrôle, vous n’échappez pas à la sanction

EasySoftSystem
Invité
EasySoftSystem

Quoiqu’il en soit je pense que cela ne change rien. C’est comme les bons et les mauvais chasseurs… Il y a les bons conducteurs(ceux qui respectent la limite de vitesse) et les tueurs en série potentiels… Cependant il faudrait aussi mettre une limite de vitesse minimum : interdiction d’aller sous cette vitesse sur l’autoroute et sur la voie de gauche par exemple. D’après mon expérience c’est la différence de vitesse qui tue. si tout le monde roule à 80 ou 180 il n’y a pas de danger. C’est le gros con qui roule à 80 sur l’autoroute qui un pour… Lire la suite »

Plus dans Actualités
Le créateur de l’assistant Siri, veut connecter les IA à nos cerveaux

Que l'on soit fan ou non d'Apple, on connait tous son assistant virtuel Siri qui a fait figure de précurseur…

Fermer