Accueil » Dossiers » Tests matériels » Test du Shuttle XS35GS V3L

Test du Shuttle XS35GS V3L

Par ZzGeek

Shuttle est indéniablement connu pour ses Mini-PC, appelés également Barebones. Dernièrement, le constructeur s’est également lancé dans les solutions de stockage en proposant une nouvelle gamme de NAS. Aujourd’hui, nous nous intéressons à un modèle de mini-PC un peu particulier puisque ce dernier est entièrement fanless, c’est à dire sans aucun ventilateur. Voyons de plus près de quoi il en retourne…

Introduction

Shuttle est un constructeur que nous essayons de suivre assez régulièrement à la rédaction. Dernièrement, nous avions testé le barebone SZ77R5 Ivy Bridge, puis plus tard le NAS OMNINAS KD20.

Aujourd’hui c’est le tout nouveau XS35GS V3L que nous vous proposons dans nos tests de matériel informatique.
Ce mini PC fait partie de la gamme Slim du constructeur et il est présenté par Shuttle comme le successeur direct du XS35GTA V3.

Il est équipé du processeur Atom double cœur D2550 à 1,86Ghz qui est le dernier né de la gamme de processeurs basse consommation et sans ventilateur d’Intel, d’une carte graphique RADEON HD7410M et il supporte un maximum de 4Go de RAM.

Destiné à être accroché derrière un écran plat ou posé de manière discrète sur un bureau, nous allons vous le présenter équipé de 4 Go de RAM, d’un disque SSD de 120Go et équipé de Windows 7 Home Premium 64 Bits.

Sans plus attendre, débutons notre test !

Le déballage du XS35GS V3L

Contrairement aux deux précédents appareils de Shuttle que nous avions testés (le barebone  SZ77R5 Ivy Bridge et le NAS OMNINAS KD20), le XS35GS V3L n’est pas livré dans un carton blanc élégant, mais dans un carton marron des plus classiques comportant quelques inscriptions sur les principales spécificités de ce type de matériel ainsi qu’une étiquette colorée comportant  les caractéristiques précises du barebone.

Carton du XS35GS V3L

Carton du XS35GS V3L

Muni d’une anse, ce carton aux dimensions réduites (LxPxH 325x150x240) est très facilement transportable et augure déjà d’un appareil au faible encombrement.

Une fois ouvert, la boîte révèle un emballage soigné où le barebone est parfaitement calé dans des entretoises en mousse.

Intérieur du carton du XS35GS V3L

Intérieur du carton du XS35GS V3L

Une fois les entretoises retirées, l’appareil est contenu dans un épais sac d’un matériau type mousse tissée, servant de suremballage pour améliorer encore sa protection.

Les accessoires sont regroupés dans une boîte cartonnée.

Contenu du carton du XS35GS V3L

Contenu du carton du XS35GS V3L

On y trouve une notice de montage rapide, le bloc d’alimentation externe (qui ne mesure que 9 cm de long et 4 de large pour une épaisseur de 2,7cm), le pied support du barebone et sa visserie, un accessoire de fixation d’un périphérique interne secondaire optionnel (disque dur ou lecteur de CD) et un CD-ROM contenant les pilotes d’installation.

Passons maintenant aux caractéristiques de notre appareil.

L’extérieur du XS35GS V3L

Comme l’emballage le laissait présager, nous sommes face à un appareil de dimensions réduites : 162(H) x 38,5(L) x 252(P) mm et un poids de 2,1 kg avec son pied de fixation lesté (avec du métal) pour maintenir un bon équilibre de l’appareil, sans risque de basculer accidentellement.

Hormis le pied, l’ensemble de l’appareil est en plastique noir perforé de très nombreuses aérations sur l’ensemble de ses faces afin de faciliter la dissipation thermique tout en conservant néanmoins une bonne rigidité du boîtier et une esthétique agréable. En effet, le plastique est de bonne qualité et une grille métallique y est également accolée pour accentuer cette rigidité et compléter la dissipation thermique.

La façade comporte une ouverture permettant d’accueillir un lecteur optique au format SLIM (CD-ROM, DVD-ROM, Blu-ray), un lecteur de carte mémoire SD, SDHC, SDXC et un port USB2.
Le bouton d’allumage est astucieusement et discrètement positionné sur l’angle supérieur du boîtier et comporte une diode d’activité du disque dur.

L’arrière de l’appareil comporte une connectique relativement abondante.
Ainsi, outre la connexion de l’alimentation électrique, on trouve une connectique HDMI (v1.3) et VGA 15 pins pour le relier à un dispositif d’affichage (écran, TV, vidéoprojecteur, etc.), ainsi que 4 ports USB2 supplémentaires.

Vue arriere Shuttle XS35GS V3L

Le Shuttle XS35GS V3L en vue arrière

S’ajoutent à cela un port réseau Ethernet Gigabit RJ45 à base de chipset Realtek supportant le Wake On Lan pour l’allumage distant, une prise mini-jack pour un casque et une autre pour un micro, ainsi qu’un emplacement pour verrou type Kensington.

Un second port HDMI est également présent.

Passons maintenant au contenu du boîtier…

L’intérieur du XS35GS V3L

Le boîtier est d’une extrême simplicité à ouvrir. Une vis à enlever suffit pour libérer les deux parois latérales et accéder ainsi aux entrailles de la machine.
Une fois ouvert, on découvre ce qui fait la puissance intrinsèque de cet appareil.

L'intérieur coté disque dur

L’intérieur coté disque dur

Le processeur qui l’équipe est un Intel Dual Core Atom D2550 (Cedarview) cadencé à 1,86Ghz, qui supporte la technologie Hyper-Threading (2 Threads par cœur) et repose sur une architecture à 64 bits, avec instructions SSE2, SSE3, SSSE3, Execute Disable Bit, et dispose de 1 Mo de cache interne.

Un des avantages de ce processeur est qu’il est caractérisé par un TDP (Thermal Design Power, ou enveloppe thermique) très faible de 10W seulement. Par conséquent, un refroidissement passif lui suffit si l’aération avoisinante est suffisante. Ceci explique d’ailleurs la présence du boîtier très aéré que nous avons remarqué précédemment. Il est ainsi possible pour le constructeur de se passer de ventilateur dans la conception de sa machine et d’obtenir ainsi un silence total de fonctionnement.

La capacité mémoire RAM maximale annoncée par le constructeur est de 4Go à l’aide de deux modules de DDR3-1066, en conformité avec les recommandations d’Intel pour ce CPU. Mais on peut voir çà et là sur Internet, des expériences où ce processeur a pu être utilisé avec succès dans des configurations à 8 Go de RAM (au moins…). Bien évidemment dans ce cas-là, aucun support n’est à espérer de la part de Shuttle ou même d’Intel, mais cela laisse la porte ouverte aux expérimentations pour les acheteurs les plus « accros » aux modifications…

La carte graphique est à base d’AMD Mobility Radeon HD 7410M. Cette dernière embarque 512 Mo de RAM DDR3 dédiée. Elle supporte Direct x11 et Shader Model 5.0 pour amener plus de fluidité aux jeux 3D ainsi qu’un meilleur rendu vidéo. Cette carte permet également l’affichage sur deux écrans simultanément par simple branchement sur prise HDMI et/ou VGA.

Le Southbridge employé est un Tiger Point NM10 d’Intel qui donne à l’appareil, entre autres, la connectique SATA 3Gb/s (2 ports) et la connexion réseau Ethernet Gigabit ainsi, bien sûr, que le son HD par connectique classique et même la possibilité de procurer du son en 7.1 sur sortie HDMI.

On trouve également une carte Wifi à la norme 802.11 b/g/n à 150 Mbps reposant sur un chips Realtek RTL8188CE, ainsi que le lecteur de carte SD (Realtek également) que nous avons déjà signalé.

L'intérieur côté emplacement lecteur optique

L’intérieur côté emplacement lecteur optique

On notera également un emplacement de libre pour accueillir un lecteur optique avec une interface SATA.

Comme on le voit sur les deux photos ci-dessus, tout est aisément accessible et une large place est octroyée à la dissipation thermique, permettant ainsi au constructeur de mettre en avant la capacité de son appareil à avoir un fonctionnement 24h/24 sans risque de surchauffe.

Mise en marche et premier contact

Les branchements pour mettre en route notre barebone se limitent au strict minimum du point de vue des manipulations : branchement électrique, clavier, souris et écran VGA. Nous ajoutons également des haut-parleurs.
La petitesse du boîtier et l’accès sans gêne aux différentes prises situées à l’arrière de l’appareil permettent des branchements faciles et rapides. C’est très confortable.

Notre Shuttle XS35GS V3L nous a été livré équipé d’un disque SSD Intel 330 Series de 120 Go ainsi que de 4 Go de RAM PC-10600/1333 Kingston. Nous avions également Windows 7 édition familiale premium 64 bits de pré installé.

Informations système générales

Windows 7×64 est installé sur ce barebone avec un indice de performance de 3,6

Avec ces spécifications, nous avons un appareil qui est très rapidement disponible après la mise sous tension. Le boot s’effectue en 26 secondes, chronomètre en main, et notre ordinateur est alors pleinement opérationnel avec son installation  Windows « toute fraîche ».

L’indice de performance fourni par Windows 7 est d’ailleurs assez bon pour ce type d’appareil puisqu’il affiche 3,6.

Indice de permormance Windows

Indice de performance Windows 7 du XS35GS V3L

Puisqu’il s’agit d’un Intel Atom, le facteur limitant est naturellement celui le plus lié au processeur, c’est-à-dire le nombre de calculs par seconde. Mais pour le reste, on obtient de très bons scores.

Le silence du XS35GS V3L est total ! Dans cette configuration sans ventilateur et sans disque dur mécanique, le silence n’est troublé que par les sons émis par Windows dans les haut-parleurs que nous avons ajoutés.

Au bout de quelques instants, Windows nous informe de la disponibilité de réseaux wifi environnants. Une fois le mot de passe saisi, nous accédons immédiatement à Internet et aux ressources de notre réseau local.

Comme l’on peut s’y attendre avec les systèmes pré installés, de nombreuses mises à jour Windows sont appliquées par le système et l’ordinateur doit être redémarré.

Là encore, c’est avec une vitesse impressionnante que nous voyons notre appareil effectuer l’installation des différents patchs Windows, puis redémarrer. Bien évidemment le disque SSD joue un rôle prépondérant dans cette rapidité d’exécution comme le laissait présager l’indice de 7,8 affiché par l’indice de performance Windows.

Pour résumer, on peut considérer que ce barebone dans notre configuration de test est très vite déballé, puis installé, puis opérationnel, sans avoir à fournir quel qu’effort que ce soit lors du déballage ou de l’installation, ou encore d’efforts de branchement et de configuration lors de la mise en route. C’est du clef en main, immédiatement productif !

Performances du XS35GS V3L

Nous nous sommes livrés à quelques tests de performances pour vous donner des éléments de comparaison.

Tout d’abord avec Cinebench qui est une suite de tests multi-plateforme qui évalue les performances de votre ordinateur.
C’est un bon outil pour comparer les performances du CPU ainsi que celle du GPU de la carte graphique.

Le scénario de test utilise toute la puissance de calcul du système pour calculer le rendu d’une scène 3D photo-réaliste où la scène recense approximativement 2000 objets contenant plus de 300000 polygones au total. Elle utilise les réflexions précises et floues, éclairages et ombres surfaciques, shaders procéduraux, antialiasing et bien plus encore.

Les performances OpenGL sont testées au travers d’une scène 3D complexe illustrant une course automobile. Les performances obtenues dépendent de plusieurs paramètres tels que la puissance du GPU et la qualité des pilotes graphiques.

Cinebench CPU

Une carte graphique qui se tient convenablement… mais un processeur faible en calculs purs

Ainsi avec Cinebench, nous avons obtenu les « faibles » résultats (voir ci-dessus) en comparaison à des processeurs beaucoup plus puissants et mentionnés par ce logiciel. La carte graphique nous a paru en revanche « relativement » bien tenir sa place pour une carte graphique de type Mobility.

La faiblesse du processeur ATOM pour ce type d’application qui sollicite fortement les capacités de calculs du processeur et de la carte graphique est évidente… on le savait déjà, mais cela permet d’avoir un indicateur de comparaison avec d’autres systèmes.

Il ne s’agit donc pas d’envisager le XS35GS V3L pour des applications graphiques lourdes ou des calculs puissants.

Avec PcMark7 qui teste lui aussi de très nombreux paramètres, nous avons obtenu un score de 1635 qui nous a plutôt agréablement surpris car pas ridicule du tout pour ce type de machine !

PCMARK 7

Résultats au PcMark7

Enfin nous avons mis en test le disque SSD à l’aide de AS SSD Benchmark où le CPU et la carte graphique sont moins sollicités, comme l’atteste la copie d’écran ci-dessous :

Test du disque SSD à l'aide de AS SSD Benchmark

Test du disque SSD à l’aide de AS SSD Benchmark

Ressources utilisées lors du test SSD

En cours de test, le processeur n’est pas trop sollicité…

En effet, dans ce type de test, c’est l’ensemble des puces dédiées au sous-système disque qui est sollicité, et là, on a un appareil qui tient tout à fait la route !

Le disque Intel 330 Series SSD-Sata3 de 120 Go d’Intel n’est pas un haut de gamme de la marque. Il repose sur un Sandforce SF2281 et non pas un contrôleur Intel.

Les résultats obtenus sont néanmoins éloquents, car même s’il ne s’agit pas là encore d’un foudre de guerre au niveau des transferts, il n’en reste pas moins que ceux-ci concurrencent bon nombre de postes fixes ou ordinateurs portables.

AS SSD Bench INTEL SSDSC2CT12

Des résultats disques honorables…

Ainsi, en comparaison avec notre test (que nous vous invitons à relire) sur un portable à base de core2 Duo du SSD Verbatim 240 Go à base du même contrôleur Sandforce 2281 testé, on obtient avec le XS35GS V3L des performances qui sont supérieures sur bien des points (lecture séquentielle, lecture et écriture 4k) mais aussi plus faibles sur d’autres (lecture et écriture 4K-64thrd notamment).
Avec un indice de performance de 369, il s’en sort tout de même haut la main.

Quant aux débits réseaux, nous avons procédé à des transferts en Gigabit de nos fichiers de tests vers et depuis les NAS les plus puissants de nos précédents dossiers de tests matériels.

Transfert du barebone vers le NAS

Transfert du barebone vers le NAS

Transfert du NAS vers le barebone

Transfert du NAS vers le barebone

On obtient des performances identiques à un PC fixe aussi bien en lecture qu’en écriture.

Les transferts en Wifi-N sont également bons, mais évidemment inférieurs à ceux obtenus en filaire.

Ce sont bien évidemment des tests « ciblés » qui ne reflètent pas toujours l’usage au quotidien. C’est pourquoi nous allons aborder cet usage au quotidien, qui est finalement celui qui compte le plus…

Utilisation du Shuttle

Au-delà des performances absolues sur tel ou tel point mis en évidence par les logiciels de test, le plus important reste l’usage au quotidien et notamment la vitesse de réaction aux sollicitations de l’utilisateur.

Ainsi, nous avons manipulé pendant plusieurs semaines cet appareil à l’encombrement si faible.

Posé juste à côté de notre écran, nous avons presque oublié qu’il était présent de par sa taille et son absence de bruit.
L’installation de la suite logicielle LibreOffice ne nous a posé aucun problème et son usage est extrêmement confortable, y compris sur des documents de taille conséquente, contenant des illustrations et autres photos.

L’utilisation du tableur Calc ne pose également aucun problème, même si ce processeur n’est pas un champion du calcul. Les feuilles de calculs standards sont instantanément rafraîchies comme sur n’importe quel autre ordinateur avec une configuration plus robuste.

La retouche photo pour les opérations simples est d’une bonne vitesse d’exécution, seuls les filtres très élaborés dans Gimp demandent un peu de temps pour leur réalisation. Il en va de même pour la retouche musicale avec Audacity par exemple où le XS35GS V3L ne semble connaître néanmoins aucune difficulté.

L’interrogation par le réseau, à l’aide de VLC Player entre autres, des médias stockés (vidéos, musiques, photos) sur nos NAS QnapSynology ou Thecus, s’est toujours passée sans encombre avec une très bonne réactivité, sauf dans le cas de certaines vidéos encodées en 1080p où les ressources du XS35GS V3L montrent leurs limites.

Lecture mkv 1080p

Avec un encodage en mkv 1080p, le barebone est à la peine…

En effet, comme l’atteste la copie d’écran ci-dessus, nous avons une pixellisation non négligeable et des coupures sons et images par intermittence, notamment dans les scènes d’actions. Il faut dire que ce genre de média est particulièrement exigeant pour le processeur et la carte graphique. En revanche, les encodages avec des résolutions inférieures passent très bien, la lecture ne souffrant d’aucun défaut.

Nous avions déjà obtenu ce genre de désagréments avec la diffusion de ce type de vidéos en 1080p dans un précédent test avec le NAS N4800 de Thecus doté d’un Atom D2700, alors que ces vidéos sont impeccablement diffusées par des configurations plus musclées. Il semble donc que ce soit plutôt les processeurs Atom qui sont encore un peu « justes » en puissance pour être en mesure de diffuser ces médias dans de telles résolutions HD.

Applications simultannées

De nombreuses applications simultanément…

Enfin, les 4Go de RAM permettent un travail sur plusieurs applications simultanément sans que cela ne pose de problème à l’appareil. Ce barebone offre donc un bon confort d’utilisation pour les tâches quotidiennes.

Consommation électrique

Un barebone est un appareil qui a pour vocation d’occuper le moins de place possible, de faire le moins de bruit possible, et enfin, d’avoir une consommation électrique la plus réduite possible.

Avec le très faible encombrement dont nous avons déjà parlé et une nuisance sonore de 0dB dans notre configuration de test, on peut dire que le XS35GS V3L remplit déjà particulièrement bien sa mission.

Aussi, il ne reste plus qu’à évaluer cette consommation électrique que nous nous attachons à vous rapporter à chaque dossier.

Le constructeur indique sur son site : 19W  « idle mode » et 27W à pleine charge sans autre détail.

Lors de nos mesures, nous avons relevé les valeurs suivantes :

  • appareil éteint mais raccordé au secteur : 0W
  • mise sous tension : environ 23W pour le pic le plus élevé lors de l’initialisation
  • opérationnel mais en attente de l’utilisateur : 18W
  • en veille prolongée : 15W environ
  • en activité à pleine charge processeur (lecture d’un film en 1080p) : 27W

Comme on le voit immédiatement avec ces résultats, Shuttle annonce des valeurs qui correspondent tout à fait à ce que nous mesurons, ce qui est suffisamment rare pour être souligné. Mais le plus important est tout de même d’observer qu’il s’agit bien d’un appareil à consommation électrique effectivement très réduite.

Nous sommes d’autant plus comblés que cet appareil consomme 0W lorsqu’il est éteint, ce qui est loin d’être le cas des matériels que nous testons habituellement.

Avec une nuisance sonore égale à 0dB comme nous l’avons déjà signalé, nous sommes face à un appareil très respectueux de l’environnement dans tous les sens du terme.

Il s’agit donc bien d’un champion dans le domaine du « Green IT » qui emportera l’adhésion de tous dans un bureau et, si l’on ne tient pas compte de la lecture de vidéos 1080p, qui fait un sans-faute sur les objectifs que visent à obtenir les PC de type barebones. Bravo !

Notre avis sur le XS35GS V3L

Après ces quelques semaines d’utilisation du Shuttle XS35GS V3L, nous sommes enchantés par ce petit appareil plutôt réactif et surtout extrêmement discret, tant par sa taille que par l’absence de nuisances sonores ou encore sa sobriété électrique.

Avec un comportement tout à fait adapté en bureautique (ce dossier a pu être rédigé avec l’appareil lui-même), mais aussi correct dans la diffusion de vidéos à condition que celles-ci ne soient pas dans un encodage trop élevé, c’est un appareil « passe-partout ».
Il faudra tout de même éviter de l’utiliser pour les applications exigeantes en calculs comme par exemple le montage vidéo ou les jeux d’actions 3D qui sont des applicatifs mettant à rude épreuve les processeurs et puces graphiques.
Ceci dit, un acheteur d’une configuration à base d’Intel Atom le sait à priori, ces processeurs n’étant pas conçus pour remplir ce genre de tâches…

La connectique est particulièrement complète avec notamment pas moins de 5 ports USB2, mais on aurait apprécié également la présence de ports USB3 et même eSata : ceci aurait été un plus indéniable.
Néanmoins, ses possibilités en matière de communication sont très bonnes avec l’Ethernet Gigabit intégré et le Wifi N. La présence du lecteur de carte SD complète de manière très appréciable cet ensemble.

Toutes ces caractéristiques font qu’un très large public pourra tirer avantage de cet appareil qui est un bon compromis entre puissance et environnement au travail, avec des possibilités importantes d’ajouts de périphériques externes si nécessaire.

Vendu entre 230 et 260 euros sans disque dur et sans RAM, le prix nous paraît raisonnable pour cette catégorie de matériel et compte tenu des qualités du produit.
Aussi nous le recommandons à l’achat pour remplir des missions telles que nous les avons décrites dans ce dossier.

0 Commentaire
0

Vous aimerez aussi

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Plus dans Tests matériels
Test des disques durs externes G-DRIVE mobile USB et G-DRIVE Slim

Parmi ses différents périphériques, G-Technology propose deux gammes de disques durs externes USB qui ont retenu notre attention. Répondant respectivement…

Fermer